Group of students writing on large piece of chart paper.
Stratégie Pédagogique

Grand Papier –Conversation silencieuse

Les élèves ont une conversation écrite avec leurs pairs et utilisent le silence comme outil pour explorer un sujet en profondeur.

Published:

This resource is intended for educators in France. Cette ressource est destinée aux enseignants en France.

At a Glance

Stratégie Pédagogique

Language

French — FR
Also available in:
English — US

Grade

Sixième–12

Overview

Cette stratégie aide les élèves à explorer un sujet donné tout en encourageant leur participation, surtout s’ils prennent moins souvent la parole en classe. À travers l’écriture et le silence, elle leur permet de réfléchir plus posément et de se focaliser davantage sur d’autres points de vue que le leur.

Avec cette stratégie, on se sert de l’écriture et du silence comme d’outils pour aider les élèves à approfondir un sujet. Les échanges avec les pairs se faisant par écrit, cela ralentit le processus de réflexion et donne le temps d’absorber le point de vue des autres. On crée aussi un support visuel pour les réflexions et questionnements des élèves, ce qui permet d’y revenir plus tard. On encourage la participation des plus timides et de ceux qui s’expriment rarement de vive voix. Lorsqu’on l’aura utilisée plusieurs fois, on verra le niveau de confort des élèves augmenter, ainsi que leur confiance en soi et leur aptitude à utiliser cette méthode.

 

In a Big Paper activity, students respond silently to a text excerpt or image by writing their comments on a shared paper.

Save this resource for easy access later.

Save resources to create collections for your class or to review later. It's fast, easy, and free!
Have a Workspace already? Log In

Procedure

Étapes de la mise en œuvre

Il faut d’abord choisir le « stimulus », à savoir le document que les élèves auront à commenter. Les stimuli choisis par les enseignants pour une activité Grand Papier sont variés : questions, citations, documents historiques, extraits de roman, poème ou images. On peut donner les mêmes à chaque groupe, mais le plus souvent, ce sont des textes différents qui tournent tous autour du même thème. Cette activité donne de meilleurs résultats lorsque les élèves travaillent par groupes de deux ou trois. Veillez à ce qu’ils aient tous de quoi écrire. Certains profs recommandent d’utiliser des marqueurs de couleur différente pour pouvoir mieux suivre la conversation. Chaque groupe doit recevoir un « grand papier » (en général une feuille blanche de la taille d’une affiche), suffisamment large pour y noter une conversation écrite et des commentaires supplémentaires. Au milieu, on colle ou on écrit le « stimulus » (image, citation, extrait etc.) qui servira de point de départ à la discussion.

On explique aux élèves que l’activité se déroulera dans le plus grand silence. Ils ne peuvent communiquer que par écrit. Leur préciser qu’ils auront le temps de le faire d’abord deux par deux, puis au sein de groupes plus nombreux ; donner toutes les instructions au début, pour qu’ils ne posent plus de questions par la suite ; s’assurer qu’ils ont bien compris l’activité, afin d’éviter que l’un d’eux rompe le silence une fois qu’ils auront commencé. On peut aussi leur rappeler ce qu’ils ont à faire chaque fois qu’ils entament une nouvelle étape.

Chaque groupe reçoit une grande feuille et chaque élève reçoit un marqueur ou un bic. Le groupe lit le texte (ou regarde l’image) en silence. Après quoi, les élèves commentent le texte et posent des questions par écrit sur la feuille de papier. La conversation écrite doit prendre le texte comme point de départ, mais peut se poursuivre dans n’importe quelle direction. Si un membre du groupe pose une question, un autre doit y répondre par écrit sur la feuille de papier. Les élèves peuvent tirer des traits pour relier un commentaire et une question. Ils peuvent être plusieurs à écrire en même temps. Le professeur décide de la longueur de cette étape, mais elle devrait durer au moins un quart d’heure.

Les élèves abandonnent leurs partenaires, toujours dans le plus grand silence, et parcourent la classe pour lire les autres grands papiers et y noter leurs questions ou réflexions. (Ils prennent leur marqueur ou leur bic avec eux.) Là aussi, c’est le professeur qui décide de la durée de cette étape, en fonction du nombre de feuilles et de ce qu’il/elle sait de ses élèves.

Le silence est rompu. Les membres de chaque groupe se retrouvent devant leur grand papier. Ils lisent les réflexions de leurs condisciples. Ils peuvent à présent commenter à voix haute les remarques qu’euxmêmes ou leurs camarades ont écrites sur chacun des grands papiers. On peut ensuite leur demander de prendre leur journal et de noter une question ou un commentaire qui les a tout particulièrement frappés.

Pour terminer, parler du processus avec le groupe tout entier. La conversation peut commencer par une question toute simple comme « Qu’avez-vous appris pendant cette activité ? » On peut alors aborder le contenu de façon plus approfondie et se servir des idées jetées sur les grands papiers pour stimuler la réflexion. On peut aussi parler de l’importance du silence, de la difficulté de se taire et du niveau d’inconfort éprouvé pendant cette activité.

Variations

Avec un « petit papier », le « stimulus » (question, extrait, citation etc.) est collé sur une feuille de papier normale. Les professeurs choisissent souvent 4 ou 5 « stimuli » différents et créent des groupes de la même taille. Chaque élève reçoit un des « stimuli » et le commente. Il le passe ensuite à celui qui se trouve à sa gauche (ou à sa droite). On répète le procédé jusqu’à ce que tous les élèves aient eu l’occasion d’écrire un commentaire sur chacun des « petits papiers ». Là aussi, l’activité se déroule en silence. Les élèves relisent ensuite le premier papier qu’ils ont reçu, avec les commentaires que les autres ont ajoutés et ils discutent en petits groupes des questions et idées qui les ont le plus interpellés pendant cet exercice.

On colle les grands papiers au mur ou on les étale sur des tables. Les élèves passent ensuite de l’un à l’autre comme dans une galerie d’art et rédigent des commentaires à leur aise. Certains profs forment des groupes de deux ou trois et leur assignent à chacun un grand papier puis leur demandent de changer au bout de cinq ou dix minutes.

Remote Learning

A virtual Big Paper can be used to help students explore a topic in-depth, slow down their thinking, and focus on the views of others. In a virtual Big Paper discussion, students respond to a stimulus, such as an interview audio clip or historical document, using a collaborative digital-tool (such as a GoogleDoc, Google Jamboard, Padlet, or VoiceThread).

Learning is social, and taking Big Paper online provides an opportunity for students to exchange ideas and extend their thinking. You can use Big Paper to engage students who are not as likely to participate in verbal discussion and to make sure that students who are eager to talk carefully consider others’ ideas. Big Paper also creates a visual record of students’ thoughts and questions that you can refer back to at any time.

Students can complete a virtual Big Paper discussion asynchronously during a defined time period, though you may choose to complete the final debrief of the activity during a synchronous session.

The following questions can help you plan to use a virtual Big Paper:

  1. What collaborative digital tool(s) do I want to use to create a virtual Big Paper?
  2. How am I going to deliver instructions to students about completing the activity?
  3. How often am I going to monitor the discussion?
  4. If teaching asynchronously, what is the defined time period I want to set for completing the activity?
  1. Select a Stimulus for Discussion
    Begin by selecting the “stimulus”—the material that students will respond to during the activity. A stimulus might consist of questions, quotations, historical documents, excerpts from novels, poetry, or images. Audio clips and videos also make great stimuli in an online environment. This activity is best done when students work asynchronously for a defined period of time (1-2 days) in small groups. Each group can either be given the same stimulus or a different stimulus related to the same theme.
  2. Create the Virtual Big Paper
    Create a virtual Big Paper for each group using a collaborative digital tool (such as a GoogleDoc, Google Jamboard, Padlet, or VoiceThread). On each Big Paper, type, embed, or link the stimulus that will be used to spark the students’ discussion.
    Try It Out!
    Visit our Taking Big Paper Online Padlet to post, connect, and experience the tool.

    Visit our Taking Big Paper Online VoiceThread to post, connect, and experience the tool.

     
  3. Prepare Students
    Determine how you want to introduce your students to the activity (for example, through video or written instructions or during a synchronous meeting). You can adapt and share the Instructions for Students. Assign students to small groups.
  4. Students Comment on Their Group’s Big Paper
    Share the virtual Big Papers with each group. Ask students to post questions and comments on their Big Paper during a defined time period. If a student poses a question on the Big Paper, another should respond. The conversation must start around the text but can stray wherever the students take it. Depending on the tools you use, students can connect a comment to a particular question by drawing lines or including “@” tags.
  5. Students Comment on Other Groups’ Big Papers
    Share each group’s virtual Big Paper with the full class. Still working asynchronously, students read other Big Papers, leaving comments or further questions for thought.
  6. Students Return to Their Group’s Big Paper
    Have students return to their group’s Big Paper and look at any new comments left by others. Ask students to take out their journals and identify a question or comment that stands out to them after reviewing the new comments. (See our teaching strategy Journals in a Remote Learning Environment for guidance on setting up students’ journals during remote learning.)
  7. Debrief
    Finally, debrief the process with students. To debrief asynchronously, create a new virtual discussion space for the whole class. Begin the conversation with a simple prompt such as, “What did you learn from doing this activity?” Use students’ ideas from the Big Papers to draw out students' thoughts and delve deeper into the content.
    You can also debrief the activity during your next synchronous full class meeting.

How are you planning to use this resource?

Tell Us More

Unlimited Access to Learning. More Added Every Month.

Facing History & Ourselves is designed for educators who want to help students explore identity, think critically, grow emotionally, act ethically, and participate in civic life. It’s hard work, so we’ve developed some go-to professional learning opportunities to help you along the way.

Most teachers are willing to tackle the difficult topics, but we need the tools.
— Gabriela Calderon-Espinal, Bay Shore, NY